Rechercher

S’il suffisait de bien respirer pour être en meilleure santé ?

Dernière mise à jour : 2 nov. 2019

Respirer tout le monde connaît. Ce qui est moins familier, c’est que la respiration est un levier thérapeutique puissant capable de modifier la chimie de notre corps et d’influencer en profondeur notre santé. A contrario, la sous-respiration induit plusieurs effets néfastes pour la santé, acidité du corps, troubles intestinaux, inflammation… En professionnel expérimenté, Jean-Marie Defossez explique ces processus peu connus de tous. Il présente également deux exercices simples de respiration que chacun peu pratiquer pour permettent à son organisme de retrouver tout les bienfaits d’une bonne respiration. Suivez le guide.



 

D’après un texte original de Jean-Marie Defossez, initiateur de la coach-respiration, conférencier sur les lien entre santé et respiration, organisateur de stages de respiration.
 

Notre respiration n’est pas modulée uniquement par notre niveau d’activité physique. Si nous vivons en état de stress ou si nous nous prenons une posture inadaptée, notre respiration se réduit. On parle alors le sous-respiration. Dans nos pays modernes, nous vivons presque tous en état continuel de sous-respiration.


Quels sont les conséquences de cette sous-respiration ?


La respiration remplit deux fonctions essentielles. La première est bien entendu d’approvisionner notre corps en oxygène. La seconde est d’éliminer le gaz carbonique produit par nos cellules. Ce gaz n’est pas toxique par nature. Il possède cependant une propriété particulière: il réagit spontanément avec l’eau de notre sang, formant alors de l’acide carbonique.


Lorsque nous sommes détendus, notre respiration ample permet d’éliminer tout le gaz carbonique. En revanche, lorsque nous stressons notre respirations devient plus rapide et superficielle.


Une partie du gaz carbonique produit par nos cellules n’est pas éliminé et notre sang commence à s’acidifier. Notre corps est alors contraint d’activer un mécanisme de compensation qui consiste à éliminer une partie de cette acidité via les reins. Ce mécanisme souffre cependant d’un revers : il soumet nos reins a un effort intense alors qu’ils ont déjà fort à faire. Il entraîne de plus une modification dommageable de la formule ionique du sang.


Existe-t-il d’autres effets néfastes de la sous-respiration ?


Les conséquences sont nombreuses et toutes ont un impact négatif sur notre santé. Évoquons-en deux supplémentaires:


Tout d’abord, lorsque nous sous-respirons, notre ventre et le bas de notre thorax se crispent.


Cette contraction soumet nos intestins a une compression continuelle préjudiciable à leur bon fonctionnement et aux bactéries probiotiques qu’ils hébergent. Ces bactéries amies sont pourtant essentielles à notre immunité et à notre résistance au stress.


La seconde conséquence concerne le rôle réparateur et anti-inflammatoire du nerf vague découvert récemment. Le nerf vague est un long nerf qui relie notre cerveau profond à nos organes internes (cœur, poumons, intestins…).


La stimulation de ce nerf vague permet d’activer des mécanismes naturels de réparation du corps et de réduction de l’inflammation. Les bénéfices sont tels qu’aux USA (et bientôt en France) certaines cliniques privées proposent à grands frais la mise en place d’un stimulateur électrique du nerf vague, sorte de pacemaker, aux personnes atteintes, par exemple, d’épilepsie ou encore de dépression profonde et qui résistent à tout traitements classiques.


La même méthode permet également d’améliorer la santé de personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïdes, une maladie auto-immune particulièrement invalidante.

Alors que la respiration ample et profonde va de paire avec une activité adéquate du nerf vague, la sous-respiration est le signe d’une sous activation marquée. Autrement dit, dès que vous sous-respirez, vous vous privez de tous les bienfaits naturels de ce nerf au potentiel exceptionnel.


La théorie c’est bien, mais que faire en pratique ?


Des scientifiques ont mesuré les effets sur le corps de techniques respiratoires asiatiques. Des bénéfices thérapeutiques réels ont ainsi été mis en évidence. L’une des respirations très intéressante est la respiration complète, aussi appelée respiration yogique ou diaphragmatique.